Rise of the Beasts est inspiré des films d'action des années 90 comme T2 et ID4

Transformers: Rise of the Beasts Le réalisateur Steven Caple Jr. a désormais offert un aperçu passionnant de son approche de la franchise, révélant que son effort s’inspirera des classiques de l’action des décennies 90, tout particulièrement Terminator 2: Judgment Day et Independence Day. Demandé de quelle façon Transformers : L’Ascension des Bêtes rendrait hommage à ces trésors cinématographiques, le cinéaste a déclaré que sa sortie Transformers travaillerait dur pour capturer la même essence de « métal lourd ». « Certainement. Je pense que vous ressentirez le sentiment pour l’un voyage et pour l’une expédition dans ce film. Cette remise des gaz qui relie tout cela à ce que vous dites. Terminator 2 est un traditionnel. La lourdeur du métal, si vous voulez , tous ces trucs entrent en jeu. Donc je pense que quand vous regardez notre film et regardez où nous l’emmenons, [we] Je veux en quelque sorte apporter cette expédition traditionnel, ce voyage traditionnel à travers New York et où nous allons à partir de là. » CONNEXES: Les fans de Transformers célèbrent Optimus Prime tandis que Peter Cullen fête ses 80 ans. Jour de l’indépendance et Terminator 2, dont ce dernier a récemment célébré son 30e anniversaire, sont forcément considérés comme des classiques du type action-science-fiction, et avec Transformers: Rise of the Beasts se cimentant dans les décennies 1990, Steven Caple Jr. a indéniablement choisi le départ idéal. Le réalisateur s’est ensuite déclaré passioné de la franchise Transformers, ayant été spécialement sentimental du Bumblebee des décennies 80 du réalisateur Travis Knight, et a hâte de raconter son évolution des décennies 90. « En tant que passioné et repérer tous les films de Transformers, et ensuite entrer dans Bumblebee, j’kiffe la façon dont il est retourné en 87 », a déclaré Caple Jr. « Une nouvelle fois, cela apporte à la nostalgie et à quelque chose dont les personnes se souviennent ou auxquels ils se connectent Alors j’étais curieux, quand j’ai rencontré Lorenzo [di Bonaventura] et la team, j’étais comme, pour l’où prenons-nous cette chose? Il était comme 1994, et j’étais comme, c’est une grande époque. Tu sais ce que je veux dire? Il a beaucoup de texture. C’est riche, sa texture est aussi vibrante culturellement. » Le cinéaste est cependant conscient de la façon dont les décennies 90 ont été dépeintes dans le passé et prévoit pour l’éviter les pièges des représentations précédentes en apportant du grain aux débats. « Il y a de la musique traditionnel et il y a un une certaine énergie aux décennies 90 que j’ai hâte de capturer », a-t-il poursuivi. « Comme nous l’avons vu à l’écran très peu de fois, dans certains cas un peu hokey, vous y jouez trop, mais je pense qu’il y a un niveau de réalité que je pourrais y apporter. Il y a un niveau de grain, mais le grain auquel je suis naturellement par défaut, que nous pouvons aimer assurément faire de la pop, vous savez, en matière de notre univers et les Autobots entrant dans les décennies 90 et tous les rappels et le contentement avec lesquels nous pouvons en quelque sorte jouer là-bas à cette époque. » Avec Anthony Ramos (In the Heights) et Dominique Fishback (Judas and the Blacks ou afros Messiah), avec un scénario rédigé par Joby Harold de Army of the Dead, Transformers: Rise of the Beasts aura lieu en 1994 et est décrit comme un successeur spirituel du jeu Bumblebee des décennies 80. Transformers: Rise of the Beasts devrait sortir en salles le 24 juin 2022. Sujets: Transformers

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *