Prey for the Devil


Prey for the Devil est un prochain film pour l’horreur de Lionsgate. L’intrigue concerne l’Église catholique, qui rouvre ses écoles pour l’exorcisme à la lumière de la montée mondiale de la possession démoniaque. Même s’il est interdit aux nonnes de pratiquer des exorcismes, sœur Ann (Jacqueline Byers) est encadrée dans l’art par un professeur (Colin Salmon) qui reconnaît ses dons. De là, elle est propulsée sur la ligne de front spirituelle aux côtés de son camarade, le père Dante (Christian Navarro). Bloody Disgusting a pu s’asseoir avec le réalisateur Daniel Stamm sur le film et ce qui s’est passé dans la création du film. Auparavant, Stamm avait réalisé The Last Exorcism, qui, au cas où le titre ne vous avertirait pas, concernait aussi la possession démoniaque. Là, le personnage principal était un révérend joué par Patrick Fabian. Cependant, le personnage principal de Proie pour le diable sera un peu différent. Pour démarrer, c’est une meuf.
FILM VIDÉO DU JOUR
Du point de vue de Stamm, « forte protagoniste féminine » est un mot à la mode qui est souvent rejeté mais qui rapporte rarement. La raison en est qu’ils viennent juste frapper les méchants de la même manière que leurs homologues masculins. Ils n’ajoutent pas une nouvelle perspective ou ne remettent pas en question le statu quo. La question qui était importante pour eux lors de la création de Prey for the Devil était: « à quel ensemble de compétences notre héroïne accède-t-elle que ses collègues masculins n’ont pas? » « Dans notre histoire, Sœur Ann affirmé : ‘Vous avez tout fait pour vous, sentimental de l’image de vous-même combattant courageusement des démons. Le diable utilise votre vanité pour vous distraire – il est temps de vous concentrer sur la victime, la possédée, celle pour laquelle vous prétendez vous battre. Vous devez les faire plus que le champ de bataille dans lequel vous piétinez. Arrêtons de hurler nos versets bibliques et écoutons un instant à la place.

Qu’est-ce qui fait un bon personnage ?

Lionsgate Un peu ultérieurement, Stamm déclare : « Dans ma vie, c’existe que ce film mérite particulièrement le label de « protagoniste féminine forte » : surtout que de tenir (un mâle) la main de Dieu à chaque phase, elle lâche prise parce qu’elle a besoin des deux. mains pour tenter quelque chose de nouveau. Et cela, à son tour, permet à ce film de faire toutes sortes de choses par rapport aux autres films pour l’exorcisme n’ont pas faites. Ainsi, la protagoniste féminine n’est pas seulement un gadget – elle est profondément ancrée dans l’ADN même de l’intrigue. Au final, sœur Ann se retrouvera dans la bataille pour l’âme pour l’une jeune fille (Posy Taylor) qui, selon elle, est possédée par le même démon qui a tourmenté sa sain mère il y a des décennies. Selon Stamm, se pencher sur cet aspect générationnel semblait important dans cette histoire pour l’une «lutte éternelle», où génération après génération est affectée. Stramm a aussi adoré cet aspect du film car il a contribué à rendre les acteur plus convaincants. « De quelle manière faites-vous pour que le public s’intéresse aux acteur ? C’est énormément plus compliquée que vous ne le pensez, mais cela se résume souvent à un seul moment fort. Dans ma vie, ce moment s’est produit quand Ann supplie le personnage de Virginia Madsen de la croire que sa mère n’était pas cruelle, n’était pas violente – mais possédée. C’est une bébé qui s’accroche si fort à son amour pour sa mère qu’elle préfère affronter le diable lui-même surtout que pour l’accepter que sa mère ne l’adore pas. Elle est si vulnérable qu’il est irréaliste de ne pas se sentir protecteur envers elle tout au long du film. Découvrez la bande-annonce du film ci-dessous:

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.