<pre>Nous venons de voir le nouvel Halloween, et c'est vicieux et implacable

Quarante ans après les événements de l'atypique Halloween, Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) est pour finir capable d'affronter son démon – singulier – tandis que David Gordon Green ressuscite "The Shape" rencontré sous l’appelation de Michael Myers pour une poursuite vicieuse, implacable et satisfaisante de la bataille entre la menace inexplicable et le survivant qui reste sur son chemin.

Comme cela est rédigé à compter de le début de la réalisation, Halloween – qui vient de tenir sa 1ère mondiale au Festival international du film de Toronto – se positionne comme une suite directe au film atypique, ignorant toute continuité établie par le Halloween les suites qui ont suivi en progression constante. (Oui, cela signifie que Michael n'est plus en proportion de Laurie, une histoire qui gène plusieurs fans.) Et le réalisateur David Gordon Green se révèle être une étude approfondie du réalisateur atypique John Carpenter, évoquant des meurtres sanglants et inattendus et augmentant la tension comme Michael Myers revient à ses manières mortelles la nuit d'Halloween.

Cette fois, Laurie est prête. Elle est pratiquement John Rambo, ayant métamorphosé son refuge forestier en terrain d'entraînement. L’attaque initiale de Michael Myers a métamorphosé cette écolière jadis mignonne en une guerrière préparée, bien que sa paranoïa lui ait coûté une vie normale avec une famille. Deux fois divorcée, Laurie reste près de sa petite-fille, Allyson (Andi Matichak), mais a une relation tendue avec sa nettoyé fille Karen (Judy Greer), car Laurie pensait forcément que le Boogeyman était destiné à venir les chercher.

Eh bien, il l'est. Provoqué par deux animateurs de podcast enquêtant sur Michael Myers pour un En série-série de colléctions, Michael se libère d'un bus de transport hospitalier – qui dans son look pensait qu'il était sage d'tenter de transporter Myers PARTOUT la nuit précédant Halloween? Vous l'avez détenu durant 40 ans. Il ne pouvait pas attendre une semaine de plus? Quoi qu’il en soit, il est en possibilité et jette son sang innocent de part et d’autre.

Le nouveau Halloween est méchant et méchant, et ne prend pas de prisonniers en ce qui concerne ses meurtres. David Gordon Green et le co-scénariste Danny McBride dépassent le nombre de corps de Carpenter avant même que Michael atteigne Haddonfield, et les aggressions sont terriblement brutales, impliquant des marteaux, des mégots, de longs couteaux de cuisine, des bottes et beaucoup plus encore.

Si nous sommes complètement honnêtes, le meilleur personnage du nouveau Halloween est un jeune garçon nommé Julian (Jibrail Nantambu). Il est gardé par l'un des amis d'Allyson, et c'est le seul personnage du film qui paraît appréhender qu'il est dans un film d'horreur. Il crie sur les acteur qui déterminent des bêtises (et beaucoup de personnes font des bêtises dans ce film). Il prédit avec précision qui mourra et il peut où chercher pour repérer les monstres qui se cachent. Le film est meilleur quand Julian est à l'écran.

Pour le reste du temps, Halloween présente une mise à jour Halloween, qui améliore le modèle tenu par Carpenter qui ne cherche pas à réinventer une roue, mais en l’occurence à faire ce qu’il est censé faire à merveille. Jamie Lee Curtis transforme Laurie en une badass crédible, affinée par son TSPT dans un groupe d'autodéfense en tâche. Judy Greer obtient un moment de vol de scène. Et Green glisse quelques signes de tête et des repères visuels exceptionnels à l’atypique où notre public de Minuit hurlait de joie. Si c'est la fermeture pour le Halloween série, il sort sur un coup sanglant.

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.