<pre>Nightmare Before Christmas, le réalisateur révèle son grand regret

Le 25ème anniversaire de Le cauchemar avant Noël, le réalisateur Henry Selick révèle la blague de Tim Burton qu’il devait reprendre. L’animation image par image est un processus qui prend du temps, ce qui signifie que les nouvelles prises de vue sont un soucis majeur. L’équipage tente donc de bien faire les choses du premier coup. Cependant, des erreurs sont commises, même avec plusieurs répétitions. Mais, Selick annoncé que sa blague se moquant de Burton n’était pas une erreur, et que la seule erreur était de ne pas la laisser entrer, après réflexion.

Le cauchemar avant Noël est publié en 1993, mais le travail sur le projet a commencé en 1991, explique Henry Selick. L'équipe créative était pressée par le temps, quand bien même elle est en mesure de sécuriser une autre année de travail pour bien terminer l'aventure de Jack Skellington à partir de le studio. Interrogé sur les regrets 25 ans après sa sortie, le réalisateur a avoué en avoir eu une avec une blague sur Tim Burton. Selick explique.

"Il y a une photo, et je regrette sérieusement de l'avoir remplacée, à la toute fin du film quand Jack revient et ensuite Sandy Claws survole et qu'il y a de la neige et que Noël arrive à Halloween Town. Nous montrons beaucoup de Halloween Towners profitant des sports d'hiver Snow et vous voyez les vampires jouer au hockey et ils ont frappé la rondelle juste devant la caméra – et à l'origine c'était la tête de Tim Burton. Et c'était sérieusement drôle. Et Denise Di Novi ou l'un des producteurs de Hollywood m'a annoncé, je ne pense pas Tim va aimer ça. Et je me sens si stupide de ne pas le lui demander. Mais c’est l’un des clichés que nous avons refait et nous avons mis une citrouille à la place. Je ne sais pas si ce cliché existe forcément, mais j'aimerais beaucoup pour changer celui là-dedans et je suis sûr que Tim aimerait. "

Il ne fait aucun doute que Tim Burton aurait aimé voir une rondelle de hockey lui frapper le sourire à la fin de Le cauchemar avant Noël. Espérons que Henry Selick pourra déterrer cette séquence et la partager avec les centaines de milliers de fanatiques de Burton à travers le univers. Tandis que Selick admet qu’ils n’avaient pas sérieusement fait beaucoup d’erreurs en tournant le film en stop-motion, il a détaillée en détail à quel point il était compliquée de faire démarrer le projet.

Lors du réalisation Le cauchemar avant Noël commencé en 1991, Henry Selick et son équipe travaillaient sans script, une idée que le réalisateur appelle aujourd’hui "insane". Quand les fans regardent le film magnifiquement tourné, personne n’aurait deviné qu’il n’y avait pas de script les premiers jours. Cependant, Selick connaissait l’histoire sur le bout des doigts et notait: "Nous ne savions pas sérieusement ce que nous faisions, mais nous avions une confiance entière et nous nous amusions beaucoup."

Lors des 25 dernières décennies, beaucoup se sont demandé qui était le personnage le plus compliquée Le cauchemar avant Noël animer était, annoncé Henry Selick. Cet honneur revient à Oogie Boogie. Selick annoncé: "C'était un ours de marionnette à bouger", car il était énormément plus grand par rapport aux autres marionnettes. Comme il était plus grand, il avait besoin de plus de squelette en métal à l'intérieur, ce qui le rendait d’autant plus compliquée à déplacer. En fin de compte, Selick annoncé que c'était un "match de lutte" que de donner au personnage un aspect naturel sur grand écran. Même sans la blague de Tim Burton, à débuter par l'absence de script et la facilité d'animer Oogie Boogie, Le cauchemar avant Noël est devenu un traditionnel des vacances. Vous pouvez lire davantage de la longue interview du réalisateur Henry Selick sur The Hollywood Reporter.

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.