Marvel/Star Wars : Samuel L. Jackson craint l'utilisation des Intelligences artificielles à Hollywood

Marvel/Star Wars : Samuel L. Jackson craint l’utilisation des Intelligences artificielles à Hollywood

Samuel L. Jackson et l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la série Marvel Secret Invasion

Une polémique autour du générique d’ouverture créé par un logiciel

« A chaque fois qu’on change de costume, on est scanné », raconte l’interprète de Nick Fury, Samuel L. Jackson, qui ne veut pas voir son image être utilisée perpétuellement.

Samuel L. Jackson est au cœur d’une polémique liée à l’intelligence artificielle, cette semaine, depuis qu’on a appris que le générique d’ouverture de sa série Marvel Secret Invasion avait été créé par un logiciel, et non des artistes. Un comble pour un show d’une telle ampleur, produit avec un budget conséquent par les studios Disney.

La star du show, interviewée par Rolling Stones à propos de sa longue carrière chez Marvel (il est apparu dès les débuts du MCU, en 2008), y explique craindre la normalisation de l’usage des intelligences artificielles à Hollywood. Il ne parle pas ici des vidéos conçues à 100% par ordinateur à partir d’un style pré-établi, ni des scénarios pré-écrits par des logiciels dans la veine de ChatGPT pour offrir une première ébauche aux producteurs avant d’engager de véritables scénaristes – un procédé qui fait également scandale en ces temps de grève massive à Hollywood.

Les conséquences de l’utilisation des scans d’acteurs par les studios

Jackson évoque ici en particulier la manière dont les studios cherchent aujourd’hui à utiliser l’image de leurs comédiens à l’infini : en les scannant pour un rôle, ils peuvent ensuite les rajeunir à l’écran, ou même les faire revenir après la mort des comédiens en question.


Marvel

Ces technologies et les questions morales qu’elles soulèvent n’ont rien de nouveau : à sa mort en 2014, on a par exemple découvert que Robin Williams avait fait stipuler noir sur blanc dans son testament qu’il ne souhaitait pas que son image numérique soit utilisée durant 25 ans. Impossible pour les studios de ressusciter Madame Doubtfire pour l’instant, à l’inverse de Tarkin (Peter Cushing) dans Rogue One ou d’un super-héros très populaire dans The Flash.

D’autres comédiens ont fait part de leur inquiétude face au phénomène avant Jackson, comme Donald Glover, par exemple, dont le corps avait été entièrement scanné au moment de jouer dans Solo : A Star Wars Story, pour Disney. Si la firme veut à l’avenir faire revenir Lando Calrissian jeune, elle n’aura même pas besoin de faire appel à lui !

« Les gens commencent tout juste à avoir peur de ça ? Je m’interroge sur cette question depuis longtemps, » répond Samuel L. Jackson. « La première fois que j’ai été scanné par George Lucas (pour les préquels de Star Wars, ndlr), je me demandais : ‘A quoi ça va servir, ce truc ?’ George et moi, on est de bons copains, donc on en a rigolé sur le moment. Je pensais que comme il avait réuni plein de vieux comédiens dans L’Episode I, il voulait assurer le coup si quelque chose arrivait à l’un d’entre eux, et qu’il pourrait tout de même les inclure dans le film. »

« Depuis que je fais partie du MCU, à chaque fois qu’on change de costume, on est scanné. Quand j’ai tourné Captain Marvel, ils utilisaient cette technologie de chez Lola pour me rajeunir, et je me suis dit : ‘Bon, je suppose qu’ils pourront réutiliser tout cela quand ils en auront envie.’

« C’est quelque chose qui peut inquiéter, oui. Les jeunes acteurs devraient faire ce que j’impose à chaque signature de contrat : quand je vois les mots ‘perpétuellement’ ou ‘connu et inconnu’, je mets une croix pour signaler que je ne suis pas d’accord. C’est ma manière de dire : ‘Non, je n’approuve pas tout cela.' »

Les craintes de Tom Hanks concernant l’utilisation de l’image numérique des acteurs

Récemment, un autre comédien phare de Hollywood a fait part de ses craintes concernant l’utilisation de l’image numérique des acteurs dans le cinéma actuel : Tom Hanks.

« Je peux vous dire qu’il y a en ce moment des discussions à ce sujet au sein de tous les syndicats, toutes les agences de stars, et tous les cabinets d’avocats, » a raconté la star de Forrest Gump lors du podcast d’Adam Buxton. « Pour définir dans quelle mesure on pourra utiliser mon visage et ma voix -et ceux de tous les autres, bien sûr. On essaye de faire en sorte que ce soit considéré comme faisant partie de notre propriété intellectuelle.

Si je le voulais, aujourd’hui, je pourrais me faire engager sur une série de sept films dans lesquels on me verrait 32 ans plus vieux. Voire plus. N’importe qui est aujourd’hui capable de se recréer numériquement à n’importe quel âge grâce aux intelligences artificielles, aux deep fakes, à toutes ces technologies. Je pourrais me faire écraser par un bus demain, ce serait fini, mais mes performances pourraient se poursuivre encore et encore. Au-delà de la compréhension de ce qui relève du vrai ou du faux, il n’y aura rien qui vous dira que ce jeu, c’était le mien et à moi seul, car cela aura une certaine qualité d’imitation. »

Aperçu du futur du cinéma et des préoccupations des acteurs

Il est clair que l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle dans l’industrie cinématographique soulève de nombreuses questions morales et éthiques. Les acteurs comme Samuel L. Jackson et Tom Hanks expriment leur inquiétude quant à l’utilisation de leurs images numériques sans leur consentement et concernant la propriété intellectuelle de leurs performances. Il est essentiel que l’industrie trouve un équilibre entre les possibilités offertes par la technologie et le respect des droits des acteurs.

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *