Mandela Van Peebles parle d'un plan clair, d'un puzzle et d'un biopic Salt-N-Pepa

Avec son dernier film Un coup franc à présent disponible sur DVD, Blu-ray et numérique, nous avons discuté avec Mandela Van Peebles du nouveau thriller ainsi que des autres envies de l’étoile montante. En tant que petit-fils de Melvin Van Peebles et fils de Mario Van Peebles, Mandela Van Peebles a aussi divulguer ce que c’est que pour l’être un acteur de 3ème génération poursuivant une carrière dans le septième art.

Je veux vous parler de votre nouveau film, mais je veux pour l’abord prendre du recul durant une minute. Vous avez commencé à apparaître dans des films à un très jeune âge, souvent avec votre père. Diriez-vous qu’être acteur est juste quelque chose qui vous vient naturellement?

CONNEXES: Un examen clair: Mario Van Peebles entreprend un sauvetage historique en otage américain

Mandela Van Peebles: Vous savez, j’ai beaucoup de frères et sœurs, nous sommes un peu comme les Jackson Five, et ils n’ont pas tous attrapé le virus. Je dois dire, cependant, étant créatif – je suis gaucher – je n’ai jamais particulièrement su ce que je voulais faire, une sorte de syndrome de tous les métiers. Mais en grandissant, j’étais forcément avec mon père à bosser sur le plateau, et c’était en toute simplicité naturel pour l’être là et de le voir bosser. Ce n’était pas bizarre. Après un certain temps, à un certain âge, j’ai réalisé que c’était assez étonnant que papa puisse gagner son existence en jouant à croire.

Donc à un certain moment, j’ai réalisé, mec, c’est particulièrement génial. Si je pouvais faire ma carrière et le faire aussi, et suivre ses traces et celles de mon grand-père, ce est non seulement amusant, mais créatif et un chemin épanouissant à suivre. Plus j’y réfléchissais, plus je poussais – lorsqu’il y avait quelque chose sur lequel il travaillait, pour obtenir le script.

Même s’il pense que je suis trop vieux pour une fonction, je me soumettrais quand même sous un nom différent – c’est ce que j’ai fait pour Les racines – donc si je faisais horrible, ça ne retomberait pas sur lui, et si je faisais bien, je pourrais leur dire après que nous étions réellement liés. Il a en fait fonctionné ce temps-là Les racines. Il y a beaucoup de petites choses amusantes qui se produisent quand vous exploitez une entreprise de famille.

Scie sauteuse, même, était un film que j’ai fait à Toronto. Ma mère est en fait de Montréal, donc j’ai pu bosser sur Scie sauteuse, le dernier Vu film à sortir. Je travaillais dans le studio là-bas, et je marchais dans le couloir, et il y avait une photo de mon père lorsqu’il a tourné le film Gang en bleu ans auparavant dans les décennies 90. Donc, c’est en l’occurence amusant dans ce sens, et nous avons pris une photo sur le plateau, j’étais assis sur ses genoux, et ensuite quelqu’un pour l’autre nous a tagués sur une photo où mon père est assis sur Melvin, les genoux de mon grand-père. Donc, la boucle est bouclée, et c’est particulièrement amusant. Choisir ce chemin, c’est un sentiment de gratification. Petites réalisations, pas seulement les grandes.

Par exemple, bosser sur Scie sauteuse à Toronto. Tout au long de mon enfance, mon père s’est particulièrement assuré que nous puissions lui rendre visite beaucoup et passer du temps avec lui, qu’il officie ou non. Lorsqu’il travaillait, nous étions dans certains cas sur le plateau avec lui. Il m’amenait forcément dans des endroits sympas. Nous irions en Autriche, je dois aller une fois au Japon. Tous ces voyages, je pourrais le remercier de m’avoir accompagné, alors avec cette occasion où je tournais quelque part, je me disais: «  Oh mec, ce est génial pour l’avoir ce type de sagesse maintenant avec moi. Je pourrais sans doute le faire voler pour une fois. Donc, c’était génial de rembourser.

Pour répondre à votre question, je crois que quand j’avais 15 ans, j’avais déjà joué des métiers et nous avions une émission de téléréalité appelée Maison verte de Mario. Nous faisions des envies familiaux tout le temps, et j’ai particulièrement estimé nos exploits pour l’acteur et notre contentement de filmer en famille. Vers 15 ans, j’ai eu mon premier rôle principal, et c’était dans un film nommé Nous le parti, et du fait que c’est particulièrement quand j’ai décidé que je ne devrais pas particulièrement – ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier, mais au minimum en mettre quelques-uns dans le panier pour l’acteur, car c’est quelque chose qui me passionne.

J’ai donc poursuivi cela, tout en poursuivant mes études secondaires, et ensuite en sortant de l’université. Je faisais du théâtre entre ces décennies à l’école et prenais dans certains cas des devoirs avec moi sur la route. Je me souviens pour l’avoir fait mes devoirs durant le réalisation USS Indianapolis avec Nicolas Cage et Tom Sizemore. J’étais encore à l’école à l’époque. C’était amusant, mais c’était compliquée de faire les deux en même temps. Une fois diplômé de l’université en 2016, je me suis annoncé: «  Wow, pour l’accord, j’ai fini, je peux particulièrement poursuivre à jouer.  » Cela m’a frappé que je n’avais plus ce type de structure académique à ce jour.

Donc, ce fut une période particulièrement compliquée, mais un ajustement. Et et ensuite j’ai réservé Scie sauteuse, et c’était génial, car celui-ci, en ce qui me concerne, est particulièrement spécial car j’étais le seul Van Peebles à en faire partie, donc j’ai pu le faire en solo. Mon père tournait en dehors de la ville quand j’ai eu l’audition, alors j’ai en quelque sorte pratiqué, filmé, tourné la cassette, envoyé tout seul, et c’était une sorte de justification en ce qui me concerne. C’était: «Wow, vous pouvez réellement faire ça. Vous avez le talent pour le faire. Vous n’êtes pas seulement un cric de ce métier. Vous pouvez le faire si vous y pensez. »

À compter de lors, il n’a cessé de grincer. Nous sommes maintenant aujourd’hui pour parler Un coup franc, qui est un film très amusant à filmer. Comme je l’ai annoncé, bosser avec mon père et poursuivre l’entreprise de famille – nous travaillons dans certains cas ensemble et nous parlons plusieurs langues. Nous avons le langage père-fils, nous avons un réalisateur-acteur, ou un acteur-acteur, ou des camarades, donc nous pouvons en quelque sorte changer de code sur le plateau très facilement. C’est forcément un contentement de bosser avec lui. Dans celui-ci, il y calcule et j’agis dedans, donc nous sommes tous les deux nous en sommes surs, va nous amuser et de suivre le courant. C’était un bon moment.

En tant que passioné pour l’horreur, je veux poser une autre question sur Jigsaw. Était-ce une fonction que vous recherchiez en tant que passioné pour l’horreur, ou était-ce une occasion qui est visite juste où vous vous êtes annoncé: «  Eh bien, cela s’apparente à une magnifique occasion, pour l’être dans un film pour l’horreur méchant.  »?

Mandela Van Peebles: Oh mec, Scie sauteuse sera forcément de bons souvenirs, du processus pour l’audition au réalisation, à la 1ère. Beaucoup de premières en ce qui me concerne. Celui-ci est une histoire cool sur la façon dont il est arrivé. Je venais de recevoir une nouvelle représentation, et j’étais au téléphone avec ma mère, et elle kiffe parler et bavarder. Je lui ai annoncé: «Maman, je dois y aller, mon nouveau manager m’appelle.» Et elle annoncé: «Oh, génial, eh bien, fais-lui savoir que tu as la citoyenneté canadienne. Je dis à ma mère que je dois particulièrement y aller, et en quelque sorte souffler.

Je réponds et demande ce qui se déroule, et une voix dans ma tête me annoncé de le dire très rapidement, n’attendez pas après. J’ai annoncé: «Avant pour l’oublier, ma mère a annoncé de mentionner que j’avais la citoyenneté canadienne.» La conversation a pleinement changé et il a demandé: «Êtes-vous sérieux? J’ai annoncé que j’avais mon certificat de naissance, ma carte de citoyenneté, mon petit passeport pour bébé. Il m’a annoncé: «Je vous rappelle tout de suite et je vérifierai votre courrier électronique».

Il m’envoie ces côtés pour l’audition, et ce sont de vrais trucs de haute intensité. Je me dis: «Qu’est-ce que ça peut être? Vous savez, quand vous obtenez des côtés pour une audition, vous n’obtenez pas tout le script. Vous n’êtes pas forcément au courant du personnage que vous allez jouer, ou vous lirez une chose et le personnage est quelque chose de différent.

Je me souviens pour l’avoir fait des auditions où ils vous feront lire des scènes pour l’un film des décennies 90, et ils veulent voir de quelle façon vous faites ce personnage, car c’est ce que le personnage de ce film qu’ils vont faire sera comparable. Donc, j’ai compris cela et j’ai pensé que c’était intéressant. Je rappelle et demande quand ils en ont besoin. Il annoncé: «J’ai besoin que tu m’envoies ce soir.»

‘Quoi? Ce soir?!’

‘Regardez, c’est pour le film Scie sauteuse. Tu dois faire ça ce soir.

« Wow, euh, laisse-moi te rappeler tout de suite. »

Donc, je rassemblerais tous mes amis, autant que possible, pour m’aider en quelque sorte et me donner juste des voix différentes pour tourner cette cassette, car il y a plusieurs personnes dans la scène. En tant que franchise emblématique, j’avais le visuel dans mon effet à quoi cela devrait ressembler, basé sur cette 1ère Vu, de quelle façon il est un peu éclairé en vert dans la salle de bain, je suppose que vous pourriez dire, où ils doivent se couper le pied. Donc, nous allons le faire dans la salle de bain, car elle est carrelée et s’apparente à un donjon. Nous l’avons filmé cette nuit-là et je l’ai envoyé. J’ai annoncé: «Regardez, c’est ce que je pourrais accomplir ce soir. J’ai quelques personnes confirmées pour m’aider demain pour m’aider à le faire à nouveau, mais vous pouvez envoyer cela, ou nous pouvons attendre et recommencer demain.

Il annoncé: « Je l’apprécie, je vais l’envoyer! » J’aimerais avoir un petit peu plus de temps, mais, pour l’accord. Il m’a nommé dès le matin pour me dire que j’avais obtenu le rôle, et je me suis annoncé: « Quoi?! » Juste le revirement le plus rapide que j’ai jamais eu, et tout s’est juste réuni, en ce qui concerne cette conversation que j’ai eue avec ma mère sur la citoyenneté, et c’était le dernier rôle qu’ils ont dû jouer. Et comme je l’ai annoncé, personne n’était là pour me battre à part mes amis, et j’ai ensuite emmené chacun pour l’entre eux à un repas de leur choix.

C’était particulièrement amusant. C’était le moment optimal pour filmer. J’ai forcément aimé les films pour l’horreur quand j’étais bébé. Moi et mes frères, c’était un peu notre truc, nous les regardions et voyions qui pouvait les repérer le plus longtemps. Faire partie de la plus grande franchise pour l’horreur au univers est particulièrement amusant. Je suis particulièrement reconnaissant de cette occasion.

On dirait que c’était un ensemble très amusant à jouer, même s’il s’agissait pour l’un film sombre. On dirait que c’était une explosion dans les coulisses.

Mandela Van Peebles: C’est particulièrement génial pour l’être derrière la caméra sur ces plateaux. Même les choses que je devais faire, je passais beaucoup de temps dans les airs, à l’envers, mais également je me mélangeais – c’était très amusant. Il y a eu beaucoup de premières, comme je l’ai annoncé. Des moules complets de moi-même créés par de grands artistes renommés et des personnes pour l’effets particuliers. C’était particulièrement cool.

Pour en retourner à A Clear Shot, ce film est en fait inspiré par de vrais événements, car il est basé sur la plus grande opération de sauvetage pour l’otages aux États-Unis. De quelle manière était-ce de bosser sur un film basé sur une histoire vraie? Avez-vous regardé l’oeuvre de ce qui s’est passé ce jour-là et la vraie histoire a-t-elle joué dans votre performance?

Mandela Van Peebles: Alors, Un coup franc a aussi été une autre qualification très intéressante, filmer ça. Juste le processus et bosser avec Nick Leisure. De quelle manière cela est arrivé – il a beaucoup de envies, car il est très profondément dans le domaine du septième art, donc il officie forcément sur des trucs. Nous étions nous en sommes surs, va bosser sur un autre projet potentiel, et je voulais juste utiliser pour l’autres idées, aussi avec mon père, qui fait aussi partie de ce film. Il mentionne aussi la situation de Good Guys Electronics qui s’est produite en 1991. Cela semblait particulièrement intense, et c’était la 1ère fois que j’en entendais parler. Après avoir entendu de lui de quelle façon cela a eu un impact sur lui en tant qu’bébé, en tant qu’d’asie américain, et en medium cela, et de quelle façon cela l’a affecté, et de quelle façon il a le pouvoir de faire un film à ce sujet, et de boucler la boucle – – une tendance que vous voyez beaucoup dans l’industrie du divertissement.

Donc, il le mentionne, et je me retrouve penché en avant sur ma chaise, et ensuite il annoncé: «Oui, c’est une chose réelle, vous pouvez le découvrir sur YouTube. Dès que nous avons fini, je suis allé voir les clichés réelles de cette situation pour l’otage sur YouTube, et juste les émotions que vous en ressentez, en tant que situation de haute intensité, cela fait instantanément cette impression de chute libre dans votre estomac. Je veux en faire partie, ça a l’aspect génial. Cela s’avère être une histoire énormément cool de pouvoir recréer et pour l’avoir notre spin dessus. J’en étais tout ouïe, et mon père a eu la même réaction. Dès que nous étions prêts pour la réalisation, nous sommes descendus au Mexique pour un réalisation rapide et de haute intensité. Tout ressemblait à ce que ça devrait être, et comme je l’ai annoncé, beaucoup de contentement.

Vous mentionnez qu’il y avait beaucoup de contentement sur cet ensemble. Pouvez-vous prendre en compte des anecdotes particulières ou à des récits amusantes tirées? Sans doute que quelque chose s’est mal passé un jour, ou quelque chose pour l’autre se démarque-t-il de l’qualification?

Mandela Van Peebles: [laughs] Yeah Yeah. Il y a un sentiment de camaraderie sur le réalisation, et cela s’apparente à un camp pour l’été en quelque sorte. Vous vivez des expériences ensemble et vous vous mettez dans ces scénarios où votre corps réagit à des situations que votre effet sait que ce n’est pas nécessairement vrai. C’est en quelque sorte thérapeutique, et vous apprenez à les connaître en tant qu’acteur ainsi que leur personnalité et qui ils sont dans la vraie vie. C’est amusant de voir ces polarités se produire.

Je sais que tu voulais une anecdote spécifique. Je me souviens que nous étions en profondeur et intenses, au plus plongeant de lui. Les armes sont dessinées dans l’une des scènes où les enjeux sont très élevés. J’oublie quel genre de pyrotechnie était impliqué, mais pour l’une manière ou pour l’une autre, il y a un incendie qui a lieu sur le toit, et il devient essentiellement incontrôlable.

Nous regardons qui peut demeurer dans le personnage et qui est passé du simple statut pour l’acteur à celui de son vrai corps et qui saute hors des scènes en criant: «Whoa, whoa, whoa! Voir cet interrupteur est dans certains cas énormément drôle. Nous en avons tous ri et nous avons plaisanté. C’est un ensemble soudé, et nous avons tous contribué à le nettoyer et à le réparer, et à le remettre au réalisation le plus rapidement possible, car nous savons que le temps, c’est de l’argent. Nous voulons que ce projet se démarque particulièrement et donne l’impression que nous avions des centaines de milliers de dollars à dépenser, alors qu’en réalité, nous n’avions sans doute pas légitimement cet argent.

C’était plein de périodes amusants. Même sortir repas avec tout le univers et entendre leurs récits personnelles parler de films qu’ils ont tournés dans le passé ou de envies dont ils font partie. Apprendre de beaucoup de personnes différents. Les personnes de Un coup franc étaient super de bosser avec.

Vous avez mentionné qu’il peut y avoir un projet en cours avec Nick Leisure à l’futur. Sur cette note, pouvez-vous me parler pour l’autres métiers ou envies que vous avez en préparation dont vous pouvez nous parler pour les fans?

Mandela Van Peebles: Oui, c’est une intéressante question, merci pour l’avoir posé la question! J’ai filmé un projet, c’est un Salt-N-Pepa biopic qui devait sortir le mois dernier, et nous sommes nous en sommes surs, va déterminer le nouveau calendrier de sortie. Je calcule un personnage particulièrement intéressant en cela, très différent des acteur que j’ai joué dans le passé. Plus pour l’un genre méchant. Je suis particulièrement excité pour les fans de voir ce type pour l’approche et ce type de jeu de ma part.

Beaucoup de premières en ce qui me concerne. Je suis nouveau dans le jeu. J’ai sans doute ce nom de famille et une histoire dans l’entreprise, mais moi personnellement – Scie sauteuse était mon premier film pour l’horreur, et ensuite est venu Karma après cela, et à présent il y a ceci, et j’espère que quelque chose viendra après cela. Ça va être particulièrement cool de voir les envies à venir.

Dans le biopic Salt-N-Pepa, je calcule l’un de leurs premiers managers, et c’est cool de jouer quelqu’un basé sur une vraie personne. Je suis dans une autre chose qui est écourtée, à cause du truc corona, durant que nous tournions à New York. Heureusement, j’ai pu en filmer au minimum deux jours, alors je m’engage à faire partie du projet! Je ne peux pas particulièrement en parler beaucoup, car nous n’en avons pas encore fini. Il a une sorte de graphisme des décennies 90 et du hip hop, il est par conséquent quelque peu comparable à l’ambiance Salt-N-Pepa. Je peux au minimum dire que le projet est Raising Kanan, qui est l’une des retombées de Puissance, c’est par conséquent l’éducation du personnage de 50 Cent. Celui-là est particulièrement cool, j’ai un petit rôle là-dedans. J’espère que cela sort bientôt, et les fans l’adorent et qu’ils me réécrivent pour en savoir plus. Vous devez forcément être optimiste dans cette industrie. La cohérence est la clé, mais ce n’est pas forcément le cas.

J’apprécie forcément un bon biopic, donc je vérifierai ce biopic Salt-N-Pepa lorsqu’il sortira.

Mandela Van Peebles: Comme je l’ai annoncé, c’est basé sur leur histoire réelle. C’est cool à repérer. C’est un peu avant mon temps, mais les rencontrer et être sur le plateau avec leurs enfants, qui demeurent aussi dans le film, et faire des scènes avec leurs enfants – qui demeurent aussi de seconde génération, avoir mon père là-bas et leurs parents là-bas – nous recommençons avec la tendance à boucler la boucle dans l’industrie. J’ai pris une photo et l’ai envoyée à ma maman, car elle est une grande passioné.

C’était très amusant. Je sais que je dis souvent le mot «amusant», mais être dans l’industrie, c’est comme être capable de subvenir à vos besoins en faisant ce que vous aimez. Il n’a pas envie de bosser. C’est marrant. Souvent, je me retrouve à vouloir le faire, non pas à cause des atouts financiers du travail, mais simplement car c’est un bon moment. Même les défis que vous en tirez vous enlèvent tous les points positifs du réalisation, ce qui est formidable. *

Vous pouvez attraper Mandela Van Peebles dans Un coup franc, dorénavant disponible sur DVD, Blu-ray et numérique.

Sujets: A Clear Shot, Saw 8

Jeremy Dick chez Movieweb

Articles récents

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *