Terry Gilliam est fatigué que les hommes blancs soient blâmés pour tout, appelle #MeToo une chasse aux sorcières

Le réalisateur Terry Gilliam en a assez de parler de son dernier film L'homme qui a tué Don Quichotte. Il révèle que dans une nouvelle interview et procède à une longue diatribe à la place. Gilliam a doublé ses réflexions controversées sur le mouvement #MeToo et s'intéresse même davantage à la course, qu'il a abordé lors de l'élimination de Marvel. Panthère noire il y a quelques semaines. En fin de compte, le réalisateur est "fatigué, en tant que mâle blanc, d'être blâmé pour tout ce qui ne va pas avec le univers … je ne l'ai pas fait!"

Terry Gilliam a travaillé durant des décennies pour L'homme qui a tué Don Quichotte fait et aujourd’hui il ne veut pas en parler. "Je suis énormément comblé de parler du film", explique le réalisateur. L'ancien Monty Python Le député paraît être plus enclin à remuer le pot qu'à promouvoir son art, ce qui peut être son point de vue, mais il paraît aussi se balancer pour les clôtures afin d'offenser les personnes. En parlant d'Angelica, un personnage du film joué par Joana Ribeiro, il a évoqué le mouvement #MeToo. Il avait ceci à dire.

"À l'ère de #MeToo, voici une fille qui prend la responsabilité de son état. Quoi qu'il se soit passé dans la vie de ce personnage, elle n'accuse personne. Nous vivons à une époque où il y a forcément quelqu'un responsable de vos échecs, et je ne le fais pas" t comme ça. Je veux que les personnes prennent leurs responsabilités et pas seulement pointent du doigt constamment quelqu'un d'autre, en disant: 'Vous avez ruiné ma vie …' Ouais, j'ai affirmé que #MeToo est une chasse aux sorcières … Je me sens sérieusement il y avait beaucoup de personnes, des personnes honnêtes ou des personnes légèrement irritants, qui se faisaient marteler. C'est faux. Je n'préfère pas la mentalité de la foule. C'étaient des adultes ambitieux. "

Harvey Weinstein revient dans l'interview, et bien que Terry Gilliam n'préfère pas spécialement le magnat d'Hollywood en disgrâce, il pense qu'il est traité de façon surtout injuste. "Hollywood regorge de personnes très ambitieuses qui demeurent des adultes et qui déterminent des choix. Nous faisons tous des choix, et je pourrais vous dire qui a fait le choix et qui ne l'a pas fait", explique Gilliam. Cela conduit le réalisateur dans un terrier de lapin entièrement différent, qui contient le graphisme de la race.

Quand l'intervieweur tente de parler de la naissance d'hommes blancs avec plusieurs privilèges, Terry Gilliam n'est pas d'accord et pense que la question est "simplifiée". Il continue en demandant: "Quand j'annonce que je suis une lesbienne noire en transition, les personnes s'en offusquent. Pourquoi?" L'intervieweur prend l'appât et ils commencent à plaisanter d'avant en arrière avant que Gilliam continue de faire valoir son argument principal. Il explique.

CONNEXES: L'homme de Terry Gilliam qui a tué Don Quichotte est quasiment prêt après 20 ans

"Je n'préfère pas le terme sombre ou blanc. Je me réfère aujourd’hui à moi comme un gars à la lumière mélanique. Je ne supporte pas le comportement simpliste et tribaliste que nous traversons en ce moment. Je reçois moi-même dans des eaux plus profondes, donc je dois vous faire confiance … Je parle d'être un gars accusé de tout le mal du univers car j'ai la peau blanche. Donc je ferais mieux de ne pas être un gars. Je ferais mieux de ne pas être blanc. OK, comme je ne trouve pas les hommes sexuellement attirants, je dois être lesbienne. Que puis-je être d'autre? J'préfère les filles. Ce ne sont que des étapes logiques. J'tente juste de vous faire démarrer à réfléchir. Vous voyez, c'est le univers dans lequel j'ai grandi et avec Python, nous pouvions faire ce type de choses, et nous n'offensions pas les personnes. Nous faisions beaucoup rire les personnes. "

Terry Gilliam a accompli l'interview en affirmant qu'il "s'intéresse à la diversité plus que quiconque, mais à la diversité dans votre façon de penser le univers, ce qui signifie que vous pouvez détester ce que je viens de dire". En fin de compte, le réalisateur n'préfère pas le fait que dans la culture d'aujourd'hui, "vous devez attaquer d'autres personnes qui ne vous ressemblent pas". Pour finir, Gilliam affirmé: "J'aime discuter. Et si vous avez un point, vous devriez pouvoir argumenter." L'interview complète avec Terry Gilliam peut être lue à Independent U.K.

Kevin Burwick chez Movieweb

Articles récents

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *