Le nouveau film de Babadook Director avait des gens fuyant le théâtre et criant à l'écran

Le babadook La réalisatrice Jennifer Kent crée un peu de controverse avec son dernier film, car les premières projections auraient poussé les cinéphiles à hurler à l'écran durant que d'autres s'en vont dégoûtés. Nommé Le rossignol, Le nouveau film de Kent est un thriller méchant se déroulant dans la Tasmanie coloniale. Il a récemment fait ses débuts au Festival du film de Sydney dimanche, mais n’a sans doute pas reçu le meilleur accueil.

L'actrice irlandaise Aisling Franciosi incarne un condamné contraint de subir des violences brutales aux mains d'un officier britannique interprété par Sam Claflin (Les games de la faim). Dans le film troublant, le personnage de Franciosi assiste à l'assassinat brutal de son mari et de son petit bébé, l'agent et ses amis, la forçant à se venger de son agonie. Inutile de dire que ce sujet est au-delà de la gravité et que plusieurs téléspectateurs ne l'ont en toute simplicité pas compris.

"Je ne regarde pas ça. Elle a déjà été violée deux fois", aurait déclaré une fille alors qu'elle sortait de la projection. Bien que la nudité soit réduite au minimum, il existe en fait plusieurs scènes de viol dans Le rossignol, rendant le film d'autant plus troublant à repérer. Ce ne sera certainement pas une chose à vérifier pour les âmes sensibles, et bien que Kent convienne que le film est une "dévoile compliquée", elle affirme que le film est en réalité une description exacte de la façon dont les choses se passaient pour ces personnes à cette époque. temps. "Mais Le rossignol Le film ne décrit pas la violence ", a déclaré Kent dans un communiqué. Elle apporte:" Il s'agit du besoin d'amour, de compassion et de gentillesse à la noirceur. "

Connexes: Bande-annonce Nightingale: Le réalisateur de Babadook revient avec un conte de revanche vengeur

Avec Franciosi, Kent affirmé aussi qu'elle est contactée par des victimes d'agression sexuelle pour la féliciter pour le film, le félicitant pour sa précision. En outre, la réalisatrice reste "vraiment fière" de son métier, quand bien même son contenu est trop compliquée à supporter pour plusieurs téléspectateurs. Le cinéaste a aussi souligné le fait que des centaines de téléspectateurs sont tous restés sur place pour voir le film jusqu'à la fin, quand bien même certaines personnes sont reparties malheureuses. De façon critique, le film se porte aussi assez bien, actuellement à 77% de frais chez Rotten Tomatoes. Il paraitrait que sans doute Le rossignol raconte une bonne histoire, mais avec l’utilisation de nombreuses photos graphiques.

Les débuts de réalisateur de Kent sont venus en 2014 quand elle a barré Le babadook, qui est devenu un grand succès indépendant. Il raconte l’histoire d’une mère veuve obligée de faire face à une sinistre présence surnaturelle chez elle, et aucun autre film n’est comparable à celui-ci. Il deviendrait l'un des films les mieux commentés de l'année, gagnant des éloges quasiment universels avec un score de 98% de tomates pourries. Le rossignol sera le seconde long métrage de Kent en tant que réalisateur.

Le rossignol La sortie du film est prévue pour le 2 août 2019. Reste à savoir dans quelle mesure cette controverse affectera la vente des billets, mais le plus souvent, des récits comme celle-là finissent par aider plus que tout. Dans tous les cas, le film devrait pouvoir vous faire ressentir quelque chose, d’une manière ou d’une autre. Cette information nous vient de ABC.

Articles récents

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *